Les engrais phosphatés

De AFIDOL

PAGE EN COURS DE REDACTION - DONNEES TRANSFEREES DE WWW.AFIDOL.ORG A CORRIGER, COMPLETER ET REORGANISER<small/>.


Sommaire

Engrais organiques riches en phosphore

Engrais minéraux phosphatés

Afin de présenter les principaux engrais phosphatés, nous avons choisi comme critère discriminant leur solubilité. Compte tenu de la caractéristique du phosphore à se fixer et à évoluer vers des formes de moins en moins disponibles à la plante, c’est l’intérêt de cette présentation.

Engrais solubles dans l’eau (superphosphates de chaux et phosphate d’ammoniaque)

  • Ces engrais sont obtenus par l’action de différents acides (acides phosphorique, sulfurique) sur les phosphates naturels.
  • On obtient alors des superphosphates de chaux de concentrations différentes. Le triple peut être utilisé comme fumure de fond, lors de la plantation. Ces engrais conviennent pour les sols neutres et calcaires, et n’ont pas d’influence sur le pH du sol. Avec de l’acide nitrique (cf. Le Nouvel Olivier n°15, p 6) on obtient notamment du phosphate d’ammoniaque. Cet engrais se dissout dans la solution du sol et la plante perçoit un effet immédiat de son application (notamment le phosphate d’ammoniaque très important pour les jeunes oliviers). Ces engrais n’ont pas d’action sur le pH du sol.
  • Il faut noter que 15 à 20 % du phosphore appliqué sera assimilé par la plante : les 80 % restant vont s’ajouter à la réserve minérale.
  • On obtient outre l’engrais binaire (NP) cité plus haut, des engrais ternaires (NPK) aux multiples formulations :10/26/25, 10/10/20, 10/16/30, etc…

Engrais solubles selon certaines conditions de sol (phosphates de chaux naturels et phospal)

  • Ces engrais sont obtenus par deux procédés :
- le broyage: la valeur de ces engrais va dépendre de leur tendreté et de leur finesse de broyage. Ils sont utilisés, du fait de leur insolubilité, de préférence dans les sols acides. Ils peuvent cependant être utilisés dans des sols neutres qui ont une bonne activité microbienne. Dans tous les cas, il faut les enfouir tôt pour optimiser leur efficacité.
- la calcination: les phosphates naturels sont broyés et passés à très haute température. Sous l’appellation générique de “phospal”, il titre 34 % de P2O5 total. D’action moins rapide que les superphosphates, il doit également être enfoui tôt. À utiliser de préférence dans les sols calcaires et éviter les sols sableux (à cause de la capacité d’échanges peu élevée due à la faible proportion d’argile). On l’utilise pour réaliser des engrais composés (les phosphates mono et super potassique, dont le 0/25/25, très utilisé en agriculture).
  • Ces engrais ne sont pas ou très peu solubles dans l’eau. L’engrais ne sera pas disponible dans la solution du sol, donc indisponible pour la plante. Le phosphore s’ajoutera à la réserve minérale, d’où, petit à petit, il sera extrait grâce à l’activité des micro-organismes du sol. Il faut l’enfouir tôt pour qu’il soit efficace (au début du départ en végétation). Pour activer cette solubilisation, on peut l’incorporer dans des matières organiques où interviendra, grâce aux fermentations microbiennes un début de solubilisation, puis une minéralisation primaire. L’apport de matière organique est un stimulateur de solubilisation du phosphore.

Engrais hyposolubles (scories Thomas)

  • Sous l’appellation de “scories Thomas”, on utilise des sous-produits sidérurgiques (scories de déphosphoration). C’est un engrais peu coûteux, apportant un amendement calcique précieux dans les sols acides (100 kg de scories contiennent 50 % environ de chaux totale CaO, dont 80 % de chaux active). Elles contiennent de nombreux autres éléments (magnésium, manganèse, zinc, cuivre, cobalt, molybdène). Elles se présentent sous la forme d’une poudre noirâtre très lourde (50 litres pèsent 100 kg).
Outils personnels